Welcome shopper, login/register.
Total : €0
No products in the basket.
Close

Who’s that girl?

WHO’S THAT GIRL?

Petite fille d’immigrée russe et fille d’immigré italien, je serais une fille qui n’a pas toujours ses racines sur terre, mais plutôt la tête bien dans les nuages.

Qui suis-je? Où j’erre? D’où je viens? Où vais-Je?…

Avec ce métissage du sud et du nord, ma trajectoire était toute tracée: en fait, je pense être la synthèse bien imparfaite du côté chaleureux et enjoué des filles du sud, teinté de la rigueur des pays du nord du côté de ma maman slave. Ce savant dosage donne une patte plutôt contrastée et détonnante à ma personnalité haute en couleurs.

Ma trajectoire scolaire?! Pfiouuuuuuu…

11 ans d’études au total quand même. C’est con, j’aurais pu être docteur à l’heure qu’il est. Mais ça ne m’aurait sans doute pas permis d’exprimer autant mon besoin de créativité.

A 18 ans, j’ai d’abord eu la candeur de penser que je me satisferais d’un ronron quotidien bien orchestré et ai effectué un graduat de 3 ans comme Assistante de Direction. Autant vous dire que je n’ai pas tenu plus d’un an dans un bureau à faire des photocopies… Mais ça m’a quand même bien servi: j’ai appris des logiciels, un sens de l’organisation et ai affiné ma connaissance de l’anglais et du néerlandais. Mais je restais sérieusement sur ma faim…

Après un énième voyage qui, je l’espérais, aller du sens à ma vie, lasse, j’ai décidé de reprendre des études. Cette fois-ci, direction l’Université Libre de Bruxelles, très attirée par la libre pensée; j’ai hésité entre journalisme et romanes; ma maman étant prof de français, et moi-même ayant toujours adoré dévoré des romans, la philologie romane l’a emporté. Et je ne l’ai pas regretté: non seulement, j’y ai fait des amis pour la vie mais surtout, j’y dévoré Nietsche, Kant, décortiquer Proust, Baudelaire, Apollinaire, l’étymologie etc; en 3ème année, direction Rome pour un Erasmus inoubliable dans une ville au musée grandeur nature: formidable expérience; je suis rentrée amoureuse des italiens, quadrilingue, accro aux expressos et aux pâtes en tout genre; bref, mes 4 années universitaires, ce fut surtout un grand voyage intérieur… Mais c’est surtout à Rome que j’ai suivi mes premières classes de stylisme dans une académie de mode…

De retour à Bruxelles, un ami me parle des cours du soir de stylisme à Saint-Luc: je m’y inscrit d’abord pour juste suivre les cours de couture avec une costumière; et là, ça fait mouche: je rencontre une autre étudiante, Mariana, dont l’univers créatif me passionne et avec qui j’effectue tous mes travaux de groupe. Ni une ni deux, j’accroche au dessin, au patronage, à Photoshop et je prends un pied intersidéral à créer et confectionner des vêtements…Après un premier stage chez de jeunes créateurs, je prends enfin le chemin du boulot avec la banane. Je sais que j’aime ça, je fonce. De stages en petits jobs, je deviens d’abord costumière. J’adore ce métier qui allie mes 2 passions: l’analyse d’un texte et la création d’un univers visuel qui lui colle à la peau.

J’ai alors 30 ans et entre deux productions, je bidouille, je m’amuse, je tâtonne à inventer de nouvelles pièces pour moi. C’est en exposant au Parcours de stylistes de Mad Brussels que je me rends compte que mes vêtement plaisent… De ventes privées en ventes de créateurs, je me tricote une belle place au sein de la mode bruxelloise. Après 3 nominations comme Jeune créatrice prometteuse par le Mad Brussels, je me sens légitime et sors ma marque Natacha Cadonici en 2010, d’abord d’ans un bel atelier bruxellois aux hauts plafonds moulurés; en 2012, les démons de l’envie de neuf me taraudent et j’ouvre ma boutique dans le quartier Dansaert pour être plus proche des clientes et de leurs désirs qui font claquer le mien.

Quatre années de belles rencontres plus tard, cette boutique opère comme tremplin pour développer mes envies rédactionnelles et de communicatives sur mon nouveau blog et les réseaux sociaux (Facebook et Instagram). C’est avec excitation que je saute donc dans cette nouvelle belle flaque que représente la communication pour mettre en musique mon univers intérieur débordant.

MES COLLECTIONS

On les décrit généralement comme étant féminines, épurées, graphiques, confortables, faciles à entretenir, casual ou apprêtées en fonction de la manière dont on les assemble.

Ma patte? Le devant peut se porter dans le dos et vice versa: deux pièces en une: pratique: en fonction de votre morphologie et de vos envies, vous pouvez accentuer un décolleté devant ou dans le dos si vous voulez vous la jouer plus glame…

Toutes les pièces sont réalisées à Bruxelles dans des matières européennes et naturelles comme la laine, le coton, la viscose.

Et parce que personne tout le monde a envie de se différencier, je ne produis que 15 exemplaires maximum par modèle et coloris.

Petit plus: si vous avez la chance d’habiter à Bruxelles, je peux adapter un modèle dans un autre tissu, une autre longueur de manche, de jupe. Alors, à vos crayons, à vos envies!

nc